Rassemblement du 13 décembre 2017
devant l'Hôtel de Ville de Paris

rassemblement du 13 décembre 2017-1 rassemblement du 13 décembre 2017 - 2

Le mercredi 13 décembre 2017, entre 200 et 300 travailleurs immigrés des foyers parisiens sont venus manifester devant l'Hôtel de Ville de Paris.

Malgré la pluie et l'obscurité de la fin d'après-midi hivernale, entre 16h30 et 18h, nous avons dansé, crié, battu le pavé et exprimé nos demandes à la Ville.

En effet, cela fait plusieurs mois que nous ne savons plus quelle est la politique de la Ville de Paris.

Elle soutient COALLIA lorsque cette association ferme les restaurants légalisés (à Claude Tillier, à Muriers) pourtant subventionnés avec l'argent public pour qu'ils desservent le quartier aussi bien que les résidents.

Elle soutient ADOMA lorsque cette société d'économie mixte, plus grand gestionnaire de foyers et de résidences de France, décide de ne plus jamais prévoir aucune cuisine collective, aucun restaurant social, aucun espace de convivialité pour manger, pas la moindre tisanerie dans quelque nouvelle structure que ce soit.

Elle soutient ADOMA encore quand elle refuse des salles collectives assez grandes pour réunir les résidents.

Elle soutient ADEF qui estime que c'est légitime d'imposer un "barème de refacturation" du mobilier à remplacer, malgré le fait que cette association de gestion "à but non lucratif" reçoit un amortissement mobilier scandaleusement  élevé chaque mois sur le dos des résidents.

Et malgré la promesse faite par Colombe Brossel d'organiser des réunions régulières de rencontre entre les services de la Ville et les délégués des foyers, la première rencontre de ce type n'a été suivie par aucune autre !

Mais surprise, surprise ! Dès l'annonce de ce rassemblement, qui coïncidait avec la dernière journée du Conseil de Paris de décembre, nous avons reçu une invitation à discuter avec M. Ian Brossat, désormais seul chargé du dossier des foyers à la Ville. Nous l'avons vu plus tôt dans la matinée et un compte rendu de cette discussion sera bientôt publié.

En quoi la surdité des politiques peut occasionnellement être surmontée. Quand même.